Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/08/2016

Le crédit rapide entre particuliers : un nouveau genre d'escroquerie sur la toile

De nombreuses fausses annonces de prêt rapide entre particuliers ont vu le jour récemment sur le web. Des personnes se faisant passer pour des rentiers souhaitant investir leur capital par le biais de distribution de crédits à taux très avantageux pour les emprunteurs. Il s'agit en réalité d'une escroquerie dont le but est de soutirer un maximum d'argent à des personnes vulnérables et souvent en détresse.

jp.png

La fausse promesse d'argent rapide

« Un prêt rapide en seulement 24H », « Un crédit immobilier jusqu'à 1.500.000€ sans apport » ou encore « Offre de prêt personnel pour les interdits bancaires ». Ces annonces pullulent sur les réseaux sociaux et viennent souvent spammer des publications populaires dans le but d'attirer le plus de victimes possibles. Les escrocs se font passer pour de gentils retraités (ou des héritiers) qui veulent faire fructifier leur capital grâce au prêt entre particuliers. Ils laissent une adresse e-mail du type bertrand.courtois@gmail.com, mireille.martin@hotmail.com (ou des adresses qui sonnent un peu plus "professionnel" du type capital.finances@yahoo.com) afin de faire croire à l'existence réelle de ces personnages. Ils ne demandent ni apport, ni justificatifs de revenus, mais réclament par contre le paiement de frais de dossier par mandat pour que le prêt soit accordé. Et une fois l'argent envoyé, l'escroc se volatilise et supprime toute trace de son profil.


simone.png

 

D'où proviennent ces escroqueries ?

Calquée sur le même schéma que l'escroquerie au faux héritage, l'arnaque au crédit rapide prospère grâce à l'usurpation d'identité et à la tromperie. Sur internet, tout le monde peut créer un faux profil et se faire passer pour n'importe qui (vol de photos, création de fausses adresses e-mail, biographie falsifiée etc.). La plupart des escroqueries perpétrées sur des Français proviennent d'Afrique, essentiellement de pays en partie francophones (Côte d'Ivoire, Sénégal, Maroc...). Avec le temps, certains pays comme le Nigeria se sont forgés la réputation d'être de véritables nids à escrocs 2.0 grâce à des arnaques très sophistiquées.

nig.jpg

Une fois que l'infraction a eu lieu, il est très difficile de remonter jusqu'aux malfaiteurs tant les moyens mis à disposition des autorités locales sont rudimentaires (sans parler de la corruption qui fait des ravages). L'arnaque au crédit est une manne financière qui représente plusieurs centaines de millions de dollars, ce qui a permis à beaucoup d'escrocs de s'organiser en réseaux afin de limiter les risques d'arrestation.

 

Pourquoi certaines personnes tombent dans le piège ?

Un crédit rapide sous 48H, à faible taux, sans apport personnel et dont l'annonce comporte beaucoup de fautes d'orthographe, la plupart des internautes ne seraient pas tombés dans le panneau. Il n'existe d'ailleurs pas d'établissement financier en France qui puisse délivrer un crédit aussi rapidement en raison des délais légaux de rétractation à respecter.

Il reste toute de même une petite minorité de gens un peu trop naïfs qui, soit jugent l'annonce crédible, soit sont au pied du mur financièrement et n'arrivent pas à obtenir de crédit auprès des banques ou des organismes. Ces personnes pensent alors que le crédit entre particuliers est leur dernier recours pour obtenir un financement. Malheureusement, une fois que les victimes auront commis l'erreur d'envoyer la première traite pour payer les soit-disant « frais de dossiers », ils vont vite se rendre compte que l'arnaque ne s'arrête pas là et que l'escroc continuera à réclamer de l'argent pour couvrir de faux frais de notaire ou d'assurance.

 

Comment lutter contre ces arnaques au crédit ?

Chaque internaute qui se trouve face à ce type d'arnaque se doit d'en référer aux administrateurs du site (ou modérateurs) afin qu'ils suppriment rapidement l'annonce. Si rien est fait, il faut alors dénoncer publiquement la page en question afin d'alerter les internautes les plus crédules pour qu'ils ne tombent pas dans le piège.

Il est aussi possible de signaler l'escroquerie auprès de la BRDA (Brigade de répression de la délinquance astucieuse) ou depuis le portail de signalement des contenus illicites.

signal.jpg

Parmi les victimes, une grande partie souhaite garder le silence afin de ne pas subir des humiliations ou des paroles vexatoires de leurs proches. D'autres choisissent de s'organiser autour d'associations afin de trouver des solutions de médiation avec leur banque ou les services sociaux. Une aide juridique peut également leur être fournie pour les dépôts de plainte ou pour des conseils légaux. Une association peut être très puissante si ses membres sont suffisamment nombreux pour se faire entendre des dirigeants politiques afin que ces derniers puissent lutter plus efficacement contre les escrocs du net.